ACTUALITÉS

Le burn-out, une véritable maladie professionnelle à mieux encadrer !
Député bruxellois Echevin Vice-président du Parlement francophone bruxellois
Le mardi 30 mai 2017

L’année dernière, en Belgique, plus d’un employé sur 7 a fait un burn-out, cet épuisement dû à une longue exposition au stress au travail. Selon l’INAMI, 80.000 Belges en souffriraient chaque année… En moyenne, les personnes victimes d’un burn-out restent 189 jours chez elles ! Des chiffres qui donnent le tournis et qui prouvent qu’il s’agit d’un vrai problème de santé publique, dont notre commune de Woluwe-Saint-Pierre est bien consciente…

Peut-être avez-vous assisté, fin de l’année dernière, au cycle de trois conférences sur le sujet, organisées à l’initiative de l’échevin Serge de Patoul, en charge de l’éducation permanente. Cette thématique s’est également invitée en février dernier, à son initiative encore, au Parlement francophone bruxellois, dans le cadre des Jeudis de l’Hémicycle, lesquels abordent des questions d’actualité, de santé ou de société, essentielles aux citoyens bruxellois. L’occasion de recueillir l’expérience et les conseils de deux experts en la matière, le psychologue David Vandenbosch et le psychiatre Nicolas Clumeck.

Pas encore une maladie professionnelle
En 2016, le burn-out devient une maladie liée au travail ; cette reconnaissance permet de mettre sur pied des programmes de prévention financés par l’Etat… Un pas dans la bonne direction, certes, mais il importe d’aller plus loin : reconnaître ce syndrome d’épuisement comme une maladie professionnelle, ouvrant la voie à des indemnités pour le travailleur et à une reconnaissance de sa souffrance par son entourage. Un texte va prochainement être déposé en ce sens à l’initiative de députés bruxellois DéFI.

Des propositions pour Woluwe-Saint-Pierre
Notre administration communale n’est, bien sûr, pas épargnée par ce mal. C’est la raison pour laquelle DéFI Woluwe-Saint-Pierre plaide pour la mise en œuvre de campagnes de prévention au sein du personnel. Il s’agirait, par exemple, de cibler les personnes à risque et celles en burn-out, et de leur offrir un accompagnement en coaching. Les deux spécialistes que nous avons rencontrés proposent un éventail d’autres pistes : optimiser les conditions de travail, renforcer le soutien social, la confiance mutuelle, la reconnaissance des efforts, favoriser un changement de la personne quand les conditions de travail sont mauvaises, créer les conditions de son retour à l’emploi…

Vu la recrudescence généralisée du burn-out, il est impératif de mettre rapidement en place certains garde fous. C’est la raison pour laquelle nous prônons l’amélioration de la collaboration entre la médecine du travail et les professionnels de la santé qui traitent le burn-out, dans une optique de réseau de soins. Et le renforcement de la sensibilisation des employeurs à la problématique du burn-out. Pour Woluwe-Saint-Pierre, nous y veillerons !

Les élus DéFI de Woluwe-Saint-Pierre

Dans la même rubrique
DéFI pour Woluwe1150: un nouveau site pour les élections 2018 !
DéFI pour Woluwe1150: un nouveau site pour les élections 2018 !
Congrès DéFI Bruxelles : Les têtes de liste ont été dévoilées
Congrès DéFI Bruxelles Les têtes de liste ont été dévoilées
Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.
Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.
Les poules sont arrivées à l’école maternelle de Joli-Bois…
Les poules sont arrivées à l’école maternelle de Joli-Bois…
Stop au survol intensif de Bruxelles !
Survol aérien Stop au survol intensif de Bruxelles !
Qu’en est-il des orthopédagogues dans notre enseignement ?
Qu’en est-il des orthopédagogues dans notre enseignement ?